SYLVIE ESCHBACH

Artiste photographe "imagière"

Née en 1953, Sédunoise d'origine, je me suis installée en Bretagne en 2004 afin de m'y consacrer à la pratique de la peinture et de la photographie. Je reviens occasionnellement en Suisse, notamment dans le Val d'Hérens, pour visiter ma famille et mes amis.

 

 

Autodidacte, je préfère me définir comme imagière que comme photographe maîtrisant une technique. On dit que mon oeil capte des images abstraites, mais je dirais plutôt que c'est l'image, la naissance de l'image dans la matière, qui me capture. Entre cette "materia prima" et mes images intérieures (archétypes, souvenirs, imaginaire...), n'a lieu la rencontre que spontanée, comme une synchronicité. En ce sens, mon travail n'est pas le fruit d'une démarche intellectuelle.

Cette rencontre est la résonance immédiate de l'être avec le monde.

L'image me capte et j'y projette mon imaginaire. Je capte l'image et elle se projette en moi.

Enfant, j'avais déjà ce rapport au monde, et c'est la photographie qui m'a permis de le montrer aux autres, autres qui ont d'abord été mes proches, jusqu'à ce que je me décide, sur leur insistance, à présenter mon travail dans des expositions. C'est bien-sûr à partir de ce moment-là que je suis devenue plus créative, non par un changement de mon rapport au monde, mais du fait de ma motivation à le traduire en images qui soient visibles de tous.

Lorsque, dans la matière, je découvre une image, en même temps je la reconnais. Alors, je me sens être de ce monde matériel et je suis reliée, par la matière et dans la matière, à tous ceux qui en sont.

Cette image, interface entre esprit et matière, la photographie me permet de la capter et de la rematérialiser sur un support. Devenue image photographique, elle est incarnation de mon imaginaire. C'est en passant par la matière papier qu'elle devient communicable et me relie à l'autre par l'imaginaire et dans l'imaginaire.

La synergie entre les arts, l'inspiration passant comme un grand courant entre les hommes reliés, me passionne. Née de la rencontre entre l'imaginaire et la matière, une image artistique existe, devient  peinture, sculpture, poème, musique, chant ou danse... J'ai eu la chance de l'expérimenter en collaborant avec des plasticiens, des poètes et des musiciens qui se sont inspirés de mes photographies.

Toutes ces formes d'images nous relient entre nous et nous relient au monde.

- Alors, et ma démarche?... Plutôt qu'une démarche, une écoute en marche!

Propos de Sylvie Eschbach